Moonrise Series

Les Quatre Lunes


INTRODUCTION

-

 

L’Histoire au Féminin

Moon_LesQuatreLunes_Introduction_SiteInternet_03.jpg
 

VERSION AUDIO


“QUAND DIEU ETAIT FEMME”

Retournons dans le passé, vers un temps où l’être humain était en harmonie avec la nature, où les femmes étaient considérées comme sacrées car elles donnaient la vie. Fût un temps, les hommes n’avaient pas compris le lien entre la relation sexuelle et la naissance des enfants. Les femmes donnaient la vie, et étaient l’incarnation du grand mystère du vivant. Ce culte de la fécondité et du féminin a probablement duré entre 25 000 av. J.-C. et 3 000 av. J.-C. On en retrouve des traces sous forme de statuettes ou de dessins gravés dans la roche, représentant des femmes aux formes généreuses et aux caractères sexuels hypertrophiés, comme la Vénus de Willendorf en Autriche, qui date du paléolithique (vers 22 000 - 24 000 av. J.-C.). C’est l’époque du culte de la Grande Déesse de la nature et de la fertilité, la Déesse-Mère.

En ces temps lointains, les hommes vivaient continuellement au contact de la nature et des cycles lunaires. Les cycles menstruels des femmes étaient en lien avec ceux de la lune: l’ovulation était déclenchée par la lumière de la pleine lune, et les règles arrivaient au moment de la nouvelle Lune. Le cycle lunaire dure 29 jours. Celui de la femme entre 28 et 30 jours en moyenne. Le cycle menstruel était sacré, car à l’image des cycles de la nature.

Dès le paléolithique, on trouve en Europe des traces des premiers calendriers lunaires. Ils prennent la forme d’os gravés portant des encoches pour représenter les 13 lunes de l’année, et servir de référence pour le cycle menstruel des femmes. On en voit un exemple sur La Vénus de Laussel, découverte en Dordogne en 1911. Cette Vénus du paléolithique, sculptée en bas relief, porte à la main une corne de bison entaillée des 13 encoches.
De nombreux récits, mythes et oeuvres d’art de diverses cultures attestent l’existence de divinités féminines, créatrices de l’Univers. Nous vous invitons, si le sujet vous intéresse, à lire le livre Quand Dieu était femme de Merlin Stone.


L’APPARITION DES DIEUX SOLAIRES

Petit à petit sont apparus les dieux solaires, dominateurs, combattants. On en retrouve des traces à partir de 6 000 av. J.-C. Les hommes avaient alors compris leur rôle dans la procréation, et la femme a peu à peu été reléguée au rang de réceptacle de la semence masculine. La Grande Déesse est passée dans l’ombre du Dieu masculin solaire. Petit à petit, le patriarcat s’est substitué au matriarcat.

Le passage de chasseur-cueilleur à sédentaire n’a pas aidé à la liberté des femmes. La femme, mère d’une descendance précieuse, est devenue propriété de l’homme au même titre que la terre.

Avec les religions, et particulièrement l’Inquisition (de 1400 à 1600), les femmes, autrefois sages, magiques, fertiles et guérisseuses, sont devenues tentatrices et sorcières, à l’origine de la faute originelle. Elles ont peu à peu perdu leur droit d’affirmer leur lien au divin. Ont résulté de tout cela des millénaires de domination, de souffrance, d’abus, de honte, de silence.


LA FIN D’UN MONDE

Notre histoire est celle de plus de 5 000 ans de valorisation des hommes et des valeurs masculines au détriment des femmes et des valeurs du féminin. Des milliers d’années d’histoire écrite au masculin. Voici pourquoi, aujourd’hui, certaines femmes ressentent de la colère. Et pourtant, aujourd’hui le temps n’est pas à la séparation, mais à l’unité. L’idée n’est pas de valoriser le féminin au détriment du masculin, les femmes contre les hommes.

Le temps est venu de redonner aux valeurs du féminin leur juste place au côté du masculin. Aimer le féminin et le masculin en nous. Les femmes et les hommes ensemble pour un nouvel avenir.



En 2012, nous avons vécu la fin de ce monde avec la fin du calendrier Maya.

Le calendrier Maya (ou plus précisément Tzolk’in) est constitué de marches de plus en plus petites, comme une pyramide. La dernière, qui durait 5 000 ans, s’est terminée en 2012. Il est dit que le but de cette “marche” de 5 000 ans était de permettre à l’humanité d’expérimenter le pouvoir. Pouvoir des plus puissants sur les plus faibles, des hommes sur les femmes, des humains sur les animaux.

Avez-vous remarqué à quel point les prises de conscience se font vite et globalement depuis 2012? Le réveil d’un féminisme nouveau, du féminin sacré, des cercles de femmes… La prise de conscience végétarienne, la protection des animaux… La lutte écologique, la protection de la Terre-Mère… L’éveil des consciences, la méditation qui se généralise, la parole qui se libère à propos de la spiritualité… Quelque chose veut changer en nous et autour de nous, et ça se voit.

 
DSCF2775bis.jpg
 

Partage de Marion

“ En 2012, alors que j’étais jeune naturopathe, j’ai vécu une période de remise en question si profonde qu’elle m’a amenée à traverser une dépression de quelques mois. Ce moment de ma vie m’a permis de regarder en face mon essence profonde, mes failles, mes blessures. J’en suis sortie grandie, plus forte et plus déterminée, avec une meilleure connaissance de moi, et aussi la certitude que le soin de l’âme était essentielle à mon équilibre. J’ai ouvert en grand une porte de la spiritualité, qui m’a ensuite menée au chamanisme.

Lors de mes consultations, lorsque je reçois quelqu’un pour la première fois, je trace une ligne de vie sur une feuille, et je note les dates et les événements marquants au fur et à mesure de ce que me partage la personne. Je n’ai pas de statistique à vous donner, mais je peux vous dire que le nombre de fois où quelque chose de déterminant s’est passé en 2012 est assez impressionnant ! “


Après cette dernière marche, rien n’a été prévu par les Mayas. Et avec tout ce qu’il se passe dans le monde, en apparence, on est foutus ! Pourtant, on peut aussi le voir ainsi: nous vivons une nouvelle époque, que nous pouvons écrire autrement. L’ancien modèle est en train de mourir, et nous n’avons pas le mode d’emploi du nouveau. Cela engendre du chaos. Parfois, cela passe par la lutte. Il y a des crises de guérison. Et puis, il y a aussi une autre partie qui se fait dans la joie, le partage, le rassemblement. Un profond changement a lieu en ce moment dans les énergies et les consciences.

Comme nous l’avons vu précédemment, le chaos est une des facettes de l’énergie féminine. Les femmes connectées à leur féminin ont une plus grande capacité à supporter le chaos tout en gardant confiance. Elle savent reconnaître dans le chaos un espace béni de création.

Tout dans la nature cherche à s’équilibrer. Le chaos apparait lorsque deux courants d’énergie cherchent à s’harmoniser. Ayons confiance dans notre capacité à transformer les choses, et à écrire une nouvelle histoire.


Moon_LesQuatreLunes_Introduction_SiteInternet_02.jpg

L’HISTOIRE DE NOS LIGNEES

Nous sommes le fruit de cette grande Histoire, mais aussi celui de l’histoire intime de nos lignées. Ce qu’ont vécu nos ancêtres, et particulièrement notre lignée de femmes, est inscrit en nous. Les souffrances liées au cycle menstruel, l’endométriose, les problématiques en lien avec la sexualité (manque de libido, douleurs…), les infections urinaires, les mycoses vaginales, l’infertilité, les fausses couches ou même certaines pensées limitantes qui empêchent de s’épanouir peuvent être le résultat d’une souffrance non-dite, non-soignée, gardée secrète. Tout cela parle souvent de transgénérationnel, surtout lorsque ça se répète dans la famille et que plusieurs femmes de la même lignée connaissent les mêmes histoires douloureuses, ou les mêmes problèmes de santé.

Lorsqu’il y a répétition de schémas dans la famille, cela signifie que la guérison de la lignée n’a pas encore eu lieu. Pour renaître nouvelle, il est important de guérir, remercier et dire au revoir aux mémoires de femmes blessées qui nous empêchent de rayonner pleinement de tous nos potentiels et de notre puissance.

L’observation de votre héritage est le premier pas pour vous libérer de l’emprise du passé. Vous pouvez ainsi commencer le travail seule, puis vous faire accompagner par un professionnel pour aller plus en profondeur. Les thérapeutes en transgénérationnel, en mémoire cellulaire, les chamanes, certains magnétiseurs, kinésiologues ou médiums peuvent vous aider à comprendre le lien entre vos problématiques actuelles et le passé de votre lignée.

Il est important de garder en tête qu’une partie des problématiques de santé féminines ne peuvent pas être soignées uniquement par la simple instauration d’une hygiène de vie adaptée.


“ Il est temps de suivre vos envies, vos intuitions, l’endroit où ça pétille à l’intérieur ! Le monde entier aspire à ce que chacune d’entre vous offre ce que les amérindiens appellent “votre médecine”. C’est-à-dire le cadeau de votre expression, de vos capacités, de vos compétences.

Il faut y aller ! C’est quasiment un devoir !

Mais gardez en tête que nous venons de 5 000 ans de pouvoir. On ne peut pas tout changer d’un coup. Nous avons besoin d’apprendre à fonctionner en dehors des rapports de dominé/dominant, de guérir les blessures anciennes, de s’aimer pleinement… Ca demande du temps, de la présence à soi et de la bienveillance. ”

Bhakti, l’enseignante amérindienne de Marion


Prenons une pause

Qu’est ce que cette lecture vous a inspiré?

S’est-il passé des événements spécifiques autour de 2012, pour vous ou vos proches ? Sentez-vous quelque chose de différents depuis, dans votre rapport à la spiritualité, ou dans vos centres d’intérêt?

Avez-vous remarqué des schémas de répétition parmi les femmes de votre famille?

-

Pour observer votre héritage, faites l’exercice de remplir les phrases suivantes:

“Ma mère m’a montré qu’une femme c’est…” (exemples: doux, fort, puissant, calme, enveloppant, autoritaire, maltraitant, rigide, stressé, responsable…)

“Ma grand-mère maternelle m’a montré qu’une femme c’est…”

“Ma grand-mère paternelle m’a montré qu’une femme c’est…”

Faites-le avec toutes les femmes de votre lignée (tante, cousine, arrière-grand mère, grande soeur…), ainsi que toutes les femmes qui ont été importantes (des exemples positifs comme négatifs) pour vous, avant l’âge de 10 ans.

Puis faites-le avec les hommes de votre famille:

“Mon père m’a montré qu’une femme c’est…” (Ex: précieux, beau, un cadeau, une reine, remplaçable, secondaire, moins bien qu’un homme…)