Moonrise Series

Les Quatre Lunes


FEMME SAGE

-

Dans le Corps de la Femme Sage

DSCF8075_bd.jpg
 
 

VERSION AUDIO


LE SANG DES RÈGLES

Pourquoi saigne-t-on?

Comme nous l’avons vu dans le module 1, chaque mois, si l’ovocyte n’est pas fécondé par un spermatozoïde, les règles arrivent. Le sang vient de l’utérus, et plus spécifiquement de la couche supérieure de l’endomètre, la muqueuse de l’utérus, qui desquame. Chaque mois, le berceau utérin fait peau neuve.

De quoi est composé le sang des règles ?

Ce sang est différent de celui qui coule dans nos veines. Le sang menstruel est composé de sang, de cellules mortes de l'endomètre, de cellules de la muqueuse vaginale, de sécrétions du col et du vagin, et de bactéries de la flore vaginale.

L’aspect du sang pendant les règles

Le sang rouge vif signifie que le flux s’écoule correctement, qu’il est éliminé rapidement, que tout va bien. S’il y a des caillots, c’est que votre corps essaie de ralentir le flux par la coagulation. Si votre sang est de couleur bordeaux ou marron, c’est qu’il est oxydé car il s’est détaché de l’endomètre puis il a stagné dans l’utérus quelques temps. Cette couleur apparait généralement quand le flux est léger ou quand la fin des règles arrive.

Si vous avez des pertes en dehors de vos règles, des pertes qui ont mauvaise odeur, que vos pertes durent trop longtemps ou vous paraissent anormales, consultez votre gynécologue.


LES HORMONES

Les taux de progestérone et d’œstrogènes sont à leurs niveaux le plus bas pendant les règles. Il est intéressant de constater que cette période de baisse hormonale est un temps de repos du corps, de ressourcement à la fois physique, mental et émotionnel.

Avant et juste après les règles, une hormone appelée ocytocine est sécrétée. L’ocytocine augmente l’état des ondes méditatives du cerveau qu’on appelle “thêta” et permet la clairvoyance. Cette période des règles nous offre la possibilité d’explorer de façon cyclique le Grand Mystère. Si l’on bénéficie des bonnes conditions, d’une cadre sécurisant, de la possibilité de ne s’occuper de rien à part de se reposer et de méditer, on peut obtenir des messages pour le futur.


 
DSCF7415_bd.jpg
 

QUELQUES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LES RÈGLES

  • Elles durent entre 3 et 7 jours, mais la durée des règles est très variable d’une femme à l’autre.

  • Elles sont souvent plus abondantes les deux premiers jours et, ne remplissent en général pas plus d’un demi-verre.

  • De nos jours, chaque femme a en moyenne 400 à 420 cycles, et environ 2 300 jours de saignement dans sa vie. A titre de comparaison, Elise Thiébaut écrit dans son livre, Ceci est mon sang” que la femme du Moyen-Age, en Europe, n’ovulait en moyenne qu’une centaine de fois dans sa vie. Le reste du temps, elle était enceinte, ou elle allaitait, ou elle était morte”.

  • Certaines femmes peuvent voir leurs règles s’interrompre au beau milieu, pour reprendre un ou deux jours plus tard.


QUELQUES ASPECTS POSITIFS DES RÈGLES AU NIVEAU PHYSIQUE

  • Les règles permettent d’éliminer les toxiques et toxines via le sang. L’utérus devient ainsi un émonctoire (= organe d’élimination des déchets) temporaire, en plus de l’intestin, des reins, de la peau, des poumons et du foie.

  • Au moment des règles, le foie fonctionne plus fort, et le corps détoxine plus. C’est un moment de détox naturelle de l’organisme, en lien avec une montée naturelle du nettoyage hépatique.

  • Les sens sont plus aiguisés: odeurs, sensations, couleurs exacerbées. Cela peut être parfois un peu difficile à supporter.

  • Certaines femmes apprécieront avoir des rapports sexuels ou se masturber pendant cette période du fait de leur hyper-sensibilité corporelle, qui augmente le plaisir. De plus, avoir des rapports sexuels ou se masturber pendant cette période peut être une bonne chose, les crampes menstruelles étant généralement soulagées par l’orgasme.


QUELQUES ASPECTS DES RÈGLES QUE L’ON AIME MOINS AU NIVEAU PHYSIQUE

Les règles n’ont pas à être douloureuses, ni très irrégulières, ni trop abondantes, ni absentes... En temps normal, vous devriez ressentir que vos règles arrivent par quelques symptômes physiques et émotionnels légers, avant que les saignements ne se déclenchent. Si on est à l’écoute, on sent les règles arriver, et lorsque les saignements se déclenchent, c’est sans douleur particulière. On peut ressentir une certaine gêne qui n’est pas de l’ordre de la véritable douleur, plutôt de la crampe légère et facilement soulagée par du repos et une bouillotte.

Ce qu’il est normal de voir apparaître:

  • Quelques tensions ou crampes au bas ventre, des douleurs légères

  • De la fatigue

  • Les dérèglements digestifs: l’arrivée des règles entraine souvent de la diarrhée ou des selles plus molles. On peut aussi ressentir de la douleur au moment d’aller à la selle, du fait de l’inflammation du petit bassin.

  • Un peu d’acné

  • Les maux de tête, la sensation d’avoir la tête “embrouillée”

  • La sensation d’être maladroite: se cogner, faire tomber des choses, casser des objets…

  • Les signes de détox: quelques boutons, mal à la tête, langue blanche, etc.

  • L’hyper-sensibilité du corps, de la peau, des muscles et des tissus plus profonds. C’est utile pour recevoir les messages du subtil, et en même temps cela peut engendrer des sensations désagréables. On peut ne pas avoir envie d’être touchée, car le corps est sensible et douloureux.

  • Les douleurs en cas de rapport sexuel. Certaines femmes préféreront éviter pendant cette période, en particulier lorsqu’il s’agit de pénétration vaginale: même si l’on n’a pas forcément mal pendant ses règles, l’état d’inflammation plus ou moins fort au niveau de l’utérus et du petit bassin peut engendrer des douleurs.

Ce qui est de l’ordre de la complication (liste non exhaustive):

  • la douleur forte, voire insupportable

  • les règles trop abondantes, voire hémorragiques (notamment en pré-ménopause)

  • les règles très irrégulières

  • les nausées, vomissements

  • les grosses douleurs ou dérèglements digestifs

  • l’épuisement

  • la dépression pendant les règles

  • l’absence de règles

Tout d’abord, pas d’inquiétude si vous vivez une ou plusieurs de ces situations. Cela ne veut pas nécessairement dire que vous avez un véritable problème de santé !

Notre façon de vivre, le stress, la pollution, la sédentarité, notre alimentation trop riche en sucres, gluten, laitages, alcool, café… tout cela fait qu’il devient bien difficile d’éviter l’inflammation au niveau de l’intestin et du petit bassin. Et qui dit inflammation, dit douleur. En rétablissant une alimentation plus saine, en soignant l’intestin, en s’oxygénant, en méditant ou en faisant du yoga, on arrive souvent à bien améliorer les douleurs et gênes menstruelles.

Vous pouvez aussi avoir un léger déséquilibre hormonal, qui s’harmonisera avec une hygiène de vie adaptée et la gestion du stress.

Pourtant, il y a une vraie réalité dans le pourcentage de femmes ayant de l’endométriose, des fibromes, des kystes ovariens, un syndrome des ovaires polykystique (SOPK), etc. De ce fait, avoir un bon gynécologue est extrêmement précieux. Il existe sur internet des listes de gynécologues humains, ouverts et formés à la détection de l’endométriose et autres problématiques particulières. Pourtant, rares sont les gynécologues compétents et formés aux techniques de santé naturelles comme la naturopathie.

Si vous le pouvez, nous vous conseillons de consulter votre gynécologue ainsi qu’un naturopathe en complément, pour aider votre corps à revenir à l’équilibre naturellement. Sachez qu’il est possible, à terme, d’éviter les hormones de synthèse et les anti-douleurs.

Que vous ayez ou non des problématiques de santé liées à vos cycles, pensez à consulter un gynécologue une fois par an pour les contrôles de base, et notamment pour faire régulièrement un frottis: c’est la seule manière de détecter un ou plusieurs papillomavirus, virus entrainant le cancer du col de l’utérus.

Dans tous les cas, sachez qu’il y a énormément à faire avec les techniques de soin naturelles pour aider à la guérison !

Nous verrons en détail comment prendre soin de votre santé en cas de problématique particulière dans le module 6 de cette formation.