Moonrise Series

Les Quatre Lunes


ENCHANTERESSE

-

Dans le Corps de l’Enchanteresse

Moon_LesQuatreLunes_Enchanteresse_SiteInternet_04.jpg
 
 

VERSION AUDIO


LES HORMONES

Une fois que l’ovocyte est sorti du follicule lors de l’ovulation, le follicule, désormais vide, se transforme en corps jaune et devient une glande éphémère qui sécrète de la progestérone. C’est la phase lutéale du cycle. La température du corps augmente d’environ 0,5 degrés. Les sécrétions vaginales deviennent plus sèches et collantes, de couleur crème/jaune.

Pendant la phase prémenstruelle, l’hormone qui prédomine est la progestérone. Elle est essentielle à l’humeur, au métabolisme, aux os. Elle réduit l’inflammation, aide au sommeil, calme le système nerveux et améliore la gestion du stress.

Tandis que les taux de progestérone augmentent, les taux d’oestrogènes chutent. Quelques jours avant les règles, le corps jaune se désagrège et arrête de sécréter de la progestérone. On peut constater un pic d’œstrogènes au moment de l’ovulation et un pic de progestérone juste avant que le corps jaune ne se désagrège (au jour 24 environ). Le taux le plus bas d’œstrogènes et de progestérone se trouve au jour 28, juste avant que les règles ne se déclenchent.

Le déséquilibre des taux d’oestrogènes et de progestérone engendre le fameux “syndrome prémenstruel”.


QUELQUES ASPECTS POSITIFS DE CETTE PHASE DU CYCLE AU NIVEAU PHYSIQUE

L’énergie de l’Enchanteresse

Les femmes qui ont des taux de progestérone suffisants ressentent les bienfaits de cette hormone apaisante, qui aide au sommeil et à la gestion du stress.

Pourtant, de nos jours de plus en plus de femmes ressentent un syndrome prémenstruel plus ou moins fort. Avant de passer en phase Femme Sage, les femmes ont souvent beaucoup d’énergie. Ca bouillonne à l’intérieur, et ça demande d’être en action pour ne pas trop penser, pour ne pas se sentir submergée par les émotions. C’est un bon moment pour faire le tri chez soi, pour ranger, nettoyer… On peut aussi ressentir le besoin de faire un sport qui défoule.

°

Comme l’énergie est sous forme de vagues dans la phase Enchanteresse, on peut facilement se retrouver épuisée après en avoir trop fait. L’Enchanteresse nous apprend à nous écouter, à ne pas aller trop loin, à faire des pauses, une activité à la fois, un pas après l’autre.

La sexualité de l’Enchanteresse

Avec l’Enchanteresse, c’est tout ou rien. Certaines femmes peuvent ressentir le besoin d’assouvir de forts désirs sexuels, tandis que d’autres auront envie qu’on les laisse seules, qu’on ne les touche pas.

La progestérone, qui atteint son pic 10 jours après l’ovulation, atténue un peu le désir sexuel. De nombreuses femmes témoignent avoir moins d’intérêt pour le sexe dans la première partie de la phase prémenstruelle. Mais quelques jours avant les règles, quand le taux de progestérone baisse et que la testostérone monte, nombreuses sont les femmes qui ressentent un pic de désir sexuel. Ce désir est souvent décrit comme chaud, intense, physique et explosif. Les femmes témoignent se sentir moins émotives quant au sexe, avec une approche plus agressive, plus dominante, plus focalisée sur le sexe génital que sur les sentiments. Quelques jours avant les règles, c’est surtout l’envie de jouir qu’elles ressentent.

En cas de syndrome prémenstruel, et notamment chez les femmes qui ont mal au ventre ou à la poitrine, c’est quitte ou double: soit la stimulation sexuelle est vraiment de trop, soit elles peuvent ressentir par l’orgasme un certain soulagement face à toute cette tension.

Témoignage de Marion

“ Une amie me disait l’autre jour qu’elle demandait souvent à son conjoint de faire l’amour lorsqu’en plein syndrome prémenstruel, elle sentait que ses règles tardaient à arriver. Chez elle, avoir un orgasme en fin de phase Enchanteresse permet souvent de déclencher les règles, comme si quelque chose se relâchait en elle pour leur permettre d’arriver. “

 
 

QUELQUES ASPECTS QUE L’ON AIME MOINS

La phase prémenstruelle amène son lot de désagréments, l’irritabilité, la fatigue, le moral bas, les montagnes russes de l’énergie: un jour plein de vitalité, le lendemain zéro énergie. Le ventre qui gonfle, l’utérus qui tiraille, quelques boutons… A la fin de la phase prémenstruelle, la Femme Sage pointe le bout de son nez avec la maladresse, le ralentissement général, la fatigue. C’est le moment où l’on va avoir besoin de se reposer plus pour se laisser entrer progressivement dans la phase des lunes. Ressentir ce genre de petits déséquilibres est tout à fait normal. Quand beaucoup de symptômes s’accumulent, on dit que les femmes sont en “syndrome prémenstruel”.

Le syndrome prémenstruel

Le SPM, ce n’est pas obligatoire. Certaines femmes voient leurs règles arriver sans avoir senti particulièrement de tensions ou de désagréments corporels. Pourtant, plus en plus de femmes souffrent de ces symptômes soit de façon occasionnelle, soit de façon chronique.

Les causes du SPM

Les raisons du SPM peuvent se résumer ainsi: trop d’oestrogènes, pas assez de progestérone, trop d’inflammation.

Souvent, alors que les taux de progestérone devraient être assez élevés, ils ne sont pas suffisants par rapport aux taux d’oestrogènes. Il y a trop d’oestrogènes et pas assez de progestérone pour la période du cycle, c’est l’hyperoestrogénie.

Il y a deux raisons principales à ça:

  • Soit il y a un déficit de production de la progestérone

  • Soit il y a trop d’oestrogènes circulants dans le corps, soit parce qu’il y a surproduction d’oestrogènes, soit parce que l’organisme a du mal à éliminer les oestrogènes, soit parce que nous sommes trop exposées aux oestrogènes synthétiques (dans l’eau, l’alimentation, etc.)


Les tests prouvent rarement une carence en progestérone. Les taux de progestérone sont souvent normaux, mais insuffisants par rapports aux taux d’oestrogènes, qui eux sont trop élevés.

Nous sommes exposées à de forts taux d’oestrogènes synthétiques du fait des substances utilisées pour engraisser les bovins et les volailles, laissant des résidus élevés dans les oeufs, le lait, les produits laitiers, et aussi du fait de l’eau. Il y a dans l’eau des taux importants de xénoestrogènes (xenos = étranger), provenant de la dégradation des produits industriels, des plastiques, des pesticides, du dioxine, et des déchets de pilule rejetés dans les urines. Les oestrogènes toxiques sont stockés dans nos cellules graisseuses parfois toute une vie !

Solutions pour éviter les xénoestrogènes

  • Une alimentation la plus végétale et bio possible

  • Des aliments provenant d’animaux élevés en plein air, fermiers, nourris avec une alimentation bio…

  • Eviter les poissons, et particulièrement les crustacés élevés en eau polluée. Un peu de petits poissons des mers froides, sardines, maquereaux, harengs, anchois... de temps en temps (2 fois par semaine maximum).

  • Eviter les aliments industriels.

  • Boire de l’eau filtrée uniquement. Attention aux bouteilles d’eau en plastique qui rejettent des phtalates qui sont des perturbateurs endocriniens.

  • Ne jamais chauffer au micro-ondes des aliments contenus dans du plastique (ils relâchent des xénoestrogènes dans la nourriture. Le mieux est d’ailleurs d’éviter le micro-ondes tout court !

  • Eviter les produits contenant de la dioxine (papier toilette blanchi, serviettes en papier, tampons…).

  • Arrêter d’utiliser des pesticides, insecticides…

  • Attention aux peintures et colles dans les maisons. Eviter les meubles type ikéa et les peintures pas bio.

  • Eviter les crèmes solaires lorsqu’elles ne sont pas biologiques et minérales. Les crèmes solaires chimiques contiennent des nano-particules qui pénètrent au plus profond de votre organisme (et qui polluent les eaux).

  • Retirer tous les produits cosmétiques contenant du parabène, ne mettre sur sa peau que des produits bio, ou mieux encore, que des produits que l’on pourrait ingérer (huiles végétales, aloe vera…).

Durée du SPM

Il est plus ou moins long en fonction des femmes. Généralement, il dure 2 à 7 jours, mais cela peut aller jusqu’à 3 semaines avant les règles.

Symptômes

Les symptômes du syndrome prémenstruel concernent trois polarités principales:

  • Le ventre : Beaucoup de femmes ont le ventre qui se tend et gonfle, des ballonnements, des gaz. Souvent, elles sont constipées avant les règles, et ont des selles plus molles ou de la diarrhée quand arrivent les règles.

  • La poitrine : La poitrine est tendue, elle devient douloureuse. Les tétons aussi. Ne pas porter de soutien-gorge peut devenir difficile.

  • La tête : Comme on l’a vu dans le chapitre précédent, les femmes peuvent se sentir fatiguée, irritables, déprimées. Elles peuvent aussi avoir des maux de tête.

Les femmes souffrent aussi souvent de rétention d’eau, ce qui engendre une prise de poids temporaire. Les tissus se gonflent d’eau et les femmes peuvent prendre 1 à 2 kgs. Beaucoup de femmes ressentent aussi des déséquilibres de la glycémie, qui se fait plus instable et encourage les envies de sucre et même les crises d’hyperphagie ou de boulimie (sucre, pain, pâtes…). Ces difficultés à équilibrer la glycémie sont dues à l’hyperoestrogénie qui amplifie l’activité insulinique. Comme l’insuline est une hormone hypoglycémiante, s’il y a trop d’oestrogènes, il y a trop d’insuline, et donc des hypoglycémies.

Nous verrons dans le chapitre Conseils naturopathiques comment prendre soin du SPM.

Le désordre dysphorique prémenstruel ou DDPM

Les symptômes du DDPM sont proches de ceux du syndrome prémenstruel, mais en plus extrêmes. Ils incluent souvent une dépression sévère, des crises de panique, de rage, une perte de contrôle, des pensées suicidaires.

Témoignage de Marion

“J’ai suivi en consultation quelques femmes souffrant de DDPM. Je me souviens d’une femme qui avait des envies de suicide à cette période, devait aller en hôpital psychiatrique chaque mois. Avec l’arrivée des règles l’énergie retombait et elle ressentait une grande incompréhension quant à ce qui lui était arrivé et pourquoi elle avait ressenti les choses si violemment.”  

Nous verrons dans le chapitre suivant ainsi que dans le Module 6 comment prendre soin des SPM et des DDPM.


L’ENCHANTERESSE A L’ÉCHELLE DE LA VIE: LA DEUXIÈME PARTIE DE LA VIE D’ADULTE ET LE MOMENT DE LA MÉNOPAUSE

Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, le temps de la préménopause et de la ménopause entraîne de grands bouleversements. Nous verrons comment accompagner au mieux la ménopause dans le Module 6.